Faut-il vider sa piscine

Faut-il vider sa piscine

Les derniers bains sont déjà loin, l’automne s’est installé, il est temps de penser à l’hivernage de la piscine. Quelle solution d’hivernage choisir pour que votre piscine passe l’hiver sans souci ? Hivernage actif, hivernage passif, quelles différences ? Voici toutes les bonnes questions à se poser pour définir la solution d’hivernage la mieux adaptée, pour vous et votre piscine.

Quand faut-il hiverner sa piscine ?

En réalité, dès que l’été s’achève et que plus personne ne se baigne, il n’y a plus aucune raison de
continuer à filtrer et traiter l’eau. En général, dès que l’eau atteint une température comprise entre 12
et 15°C, l’hivernage peut être effectué. Rappelez-vous que lorsque l’eau est à moins de 15°C, les
électrolyseurs doivent être arrêtés. C’est le moment de procéder à l’entretien annuel des
équipements : nettoyage et détartrage du filtre à sable, nettoyage des filtres à cartouche. Il suffit de
les passer au jet puis d’ajouter du détartrant : laissez agir et rincez avant de remettre en place. Vous
êtes prêt pour le printemps prochain !

L’hivernage actif : possible pour les hivers doux des régions du sud

Pour qui ?

C’est la solution de simplicité, certains diront de facilité, qui nécessite le moins de travail. L’hivernage
actif est réservé aux régions où le risque de gel est très faible, puisque les circuits ne sont pas vidangés. Si vous observez régulièrement plusieurs jours et nuits de gel d’affilée dans votre région,
oubliez ! Votre matériel peut subir des dommages irréversibles en cas de gel.

Le principe

Le principe de l’hivernage actif est de maintenir le fonctionnement de la filtration au ralenti, donc de
laisser la piscine « active ». Concrètement, il faut ajouter un produit d’hivernage à l’eau, puis filtrer
pendant les heures les plus froides, où le risque de gel est le plus important. La filtration aura donc
lieu en fin de nuit et surtout au petit matin à partir du moment où l’eau est à 12°C. Combien de
temps ? La règle générale est de diviser la température de l’eau par 3 pour obtenir la durée de
filtration idéale. En pratique, si la température ambiante extérieure descend jusqu’à 5°C, cela équivaut
en moyenne à 2 à 3 h de filtration par jour. Au-dessous de 5°C, il faudra filtrer plus longtemps, parfois
24 h sur 24 s’il gèle, pour ne prendre aucun risque. Si la température de l’eau passe au-dessus de
12°C, vous devrez surveiller la qualité de l’eau, car les micro-organismes se multiplient à cette
température.

Le +

Facile à mettre en place sans effort, mis à part le nettoyage du filtre de temps en temps et la
surveillance de l’eau.

Le –

L’hivernage actif consomme de l’électricité, ce qui en fait une solution plus coûteuse. Mais ce n’est
pas le seul inconvénient ! Toute coupure d’électricité peut être fatale. Si des mesures de délestage
sont mises en place dans votre région en cas de grand froid, le risque de gel est important et les
dégâts potentiels sur le bassin, les tuyaux, la pompe, les filtres aussi… Impossible aussi de partir en
vacances, une coupure d’électricité peut être programmée pendant votre absence.

L’hivernage passif, recommandé en cas de risque de gel

Pour qui ?

Pour tout le monde, puisque la piscine est arrêtée et le système vidangé, il n’y a aucun risque de gel
avec l’hivernage passif. Il convient aux régions du nord comme du sud et permet d’affronter les hivers
rigoureux dans les meilleures conditions.

Le principe

Le principe de l’hivernage passif consiste à baisser le niveau d’eau sous les skimmers, à vidanger les
tuyaux et tous les équipements (filtre, pompe, pompe à chaleur…) de manière à ce qu’il n’y ait plus du
tout d’eau dans le système. Les buses et les skimmers sont bouchés, un produit d’hivernage est
ajouté à l’eau, des flotteurs sont installés à la surface en diagonale du bassin pour éviter que le bassin
ne souffre en cas de gel, la piscine est bâchée.

Le +

La tranquillité, quelles que soient les conditions climatiques, même si on est absent, parfait pour les
résidences secondaires.

Le -

L’hivernage passif exige davantage de travail à l’automne et au printemps puisqu’il faudra aussi
remettre tout le système en eau et en fonctionnement.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !